Actualité

Le recyclage des matériaux dans le BTP

By 12 mars 2021No Comments

En avril 2016, l’Union nationale des industries de carrières de matériaux de construction (Unicem), l’Union nationale des producteurs de granulats (UNPG) et le Syndicat du béton prêt à l’emploi (SNBPE) ont signés une convention avec l’État : Engagement pour la croissante verte (ECV). Cette démarche comportait trois axes d’amélioration, à savoir la collecte, le recyclage et la valorisation des déchets inertes de la construction. Depuis 2018, les producteurs de matériaux minéraux français ont annoncé que l’objectif de 70 % de recyclage fixé par l’Union européenne avait été atteint. Concrètement, en France, 211 millions de tonnes de déchets inertes sont produites chaque année, et 148 millions de tonnes ont droit à une seconde vie.

Cette pratique de revalorisation des matériaux pour la construction présente plusieurs avantages :

  • Economie sur l’approvisionnement pour les constructeurs
  • Diminution de l’impact environnemental sur la fabrication des matériaux
  • Garantie de la traçabilité des matières premières

Dans ce contexte, explorons plus en avant ces avantages.

Diminution de l’impact environnemental
sur la fabrication des matériaux

 

Introduit par la loi sur la transition énergétique de 2020, et en parallèle des politiques publiques en faveur de la lutte contre les dérèglements climatiques, il n’est plus possible de nier la nécessité d’existence d’une filière de recyclage dédiée au BTP. Cette filière a pour but de lever la difficulté majeure étant liée à la spécificité des métiers et à leur régionalisation, car selon les cas, ce ne sont pas les mêmes acteurs qui interviennent sur le même lot. Celle-ci sera obligatoire en 2022.

En incluant des clauses dites “ pollueur-payeur”, la France, où seulement 2% des fenêtres en PVC sont recyclés, entend emboîter le pas de l’Allemagne, qui a contraint les fabricants à trouver des solutions dans la formulation des matières premières plastiques, sous peine d’interdiction de vente. Grâce à cette revalorisation des matériaux, il est indéniable que l’impact environnemental est réduit, par exemple, parce que les matériaux plastiques sont majoritairement construits avec du pétrole, dont le coût représente une part importante toujours plus importante, et qui correspond à environ 5% de l’extraction annuelle.

Economie sur l’approvisionnement pour les constructeurs

 

Bien que le tri des déchets ne constitue pas une obligation réglementaire, il est fortement encouragé afin de ne pas entraîner de surcoûts. Par conséquent, le tri de ces déchets est essentiel pour les valoriser au maximum dans leur seconde vie et ainsi réduire les coûts.

La réutilisation des déchets, type fenêtres, qui nécessite certes plus de manutention pour éviter la destruction, mais permet un gain de temps sur l’approvisionnement d’un chantier à l’autre.

Aussi, le recyclage permet la limitation de la quantité de déchets envoyés en centre de traitement et donc économiser, ou amortir l’approvisionnement des matériaux pour la construction.

Garantie de la traçabilité des matières premières

 

Grâce à l’inscription du processus dans une économie circulaire, il est plus simple de suivre la traçabilité des matériaux au sens entendu par l’ISO:9000. A ce titre, le pilotage couplé des flux suppose un suivi du flux physique grâce au flux d’information. Afin de bénéficier de cet avantage, il est possible de définir les caractéristiques d’un système de traçabilité totale de ses matériaux :

  • De pouvoir localiser instantanément les flux physiques (tracking). Il s’agit par exemple du principe de la puce RFID, basé sur la technologie radio-identification, en capacité d’indiquer à tout moment la position de l’élément équipé.
  • D’être capable de reconstruire au fil de l’eau ou a posteriori, l’historique des flux. Cette histoire des matériaux n’est généralement pas reconstruite en continu mais par le biais de relevés discontinus.

Afin de remplir cet objectif, un système de traçabilité doit donc remplir les 2 fonctions suivantes :

  • Capter l’information à la source (localisation, changement de détenteur, caractéristiques des flux, intervention sur les flux…)
  • Mémoriser et garantir les informations,

Si la traçabilité doit permettre d’associer un flux d’information à un flux physique, son objectif final est de pouvoir consolider et contrôler l’ensemble de ces données pour s’assurer du bon fonctionnement d’un processus de collecte et de transformation de la matière, et aider la chaîne de transformation matière, via la transmission de données.

 

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à demander le replay de notre webinar sur la formulation matériaux pour le BTP

La société BASSETTI avec sa Direction de l’Expertise Technique s’engage à mettre en œuvre des méthodes, outils et processus informatiques pour structurer, archiver et diffuser cette connaissance à forte valeur ajoutée au sein de l’entreprise.

Pour en savoir plus sur TEEXMA® MATERIALS,
n’hésitez pas à visiter notre site :

Ou contactez nos équipes d’experts :

Leave a Reply